Brûlage des déchets verts

L’interdiction reste la règle

Devant la recrudescence des signalements de brûlage des déchets verts, il est rappelé à chacun de faire preuve de civisme et de prudence en cette période de crise sanitaire majeure. L’arrêté préfectoral 2014-453 du 10 juin 2014 encadre la pratique du brûlage dont le Préfet rappelle aujourd’hui que le principe général reste l’interdiction dans toutes zones du département et à toute période que ce soit pour les professionnels, les collectivités ou les particuliers.

La ville de Cagnes-sur-Mer vous recommande notamment d’éviter tout brûlage :
Des solutions alternatives existent pour protéger l’environnement et la qualité de l’air:

le tri sélectif du bois et du feuillage
la réduction
au maximum de la taille de ces déchets de manière mécanique (sécateur, broyeur) afin de faciliter leur compostage
la réalisation des paillis autour de vos plantes et diminuer ainsi l’encombrement dans vos jardins. 

Les déchetteries de la Métropole sont désormais ré-ouvertes depuis le 27 avril et acceptent les déchets verts pour être compostés. Plus d’infos

Il est recommandé de suivre ces gestes favorables à l’environnement et à la qualité de l’air plutôt que de brûler, même si des dérogations sont admises par l’arrêté de 2014 de 10h à 15h30 hors période rouge dans les cas suivants : voir article 7

  • infestation de palmiers par le charençon,
  • obligations légales de débroussaillement
  • la taille en gros volume d’oliviers de fruitiers et de mimosas difficilement compostables.

Le Préfet rappelle qu’en cas de non respect, les forces de police ont toute latitude pour relever ces infractions passibles d’une amende de 450 euros maximum. Les contrevenants s’exposent également à des poursuites judiciaires pour troubles anormaux du voisinage.

La ville de Cagnes-sur-Mer compte sur votre civisme pour éviter de mobiliser les agents de police sur ces questions de bon sens en période de crise sanitaire majeure.