Renaturation de la Cagne

Les travaux se poursuivent

Le cours d’eau au droit de l’écoquartier va retrouver ses berges naturelles, et l’anse de 60 mètres d’envergure qui lui est offerte dans le parc sera une véritable respiration pour son écoulement lors d’évènements pluvieux importants.

Le décaissement de ses rives de 3,5 mètres de profondeur n’a pas permis de conserver les arbres qui s’y trouvaient. En revanche ils sont réutilisés sur site soient en conception de mobilier (bancs) ou en paillage pour amender le sol qui accueillera les nouvelles plantations.

Ce principe d’économie circulaire est observé sur l’ensemble des matériaux déconstruits qui seront réutilisés pour le projet : le béton servira de remblais, les garde-corps le long des anciennes rives seront utilisés pour les emmarchements entre le parc et l’avenue Cyrille Besset et enfin la terre en surplus constitue un merlon planté, qui isolera le parc de l’autoroute.

Les anciens réseaux amiantés d’eaux usées sont retirés. La rive droite va être restaurée afin que le cours d’eau puisse être plus central dans son lit et offrir l’opportunité de plantations qui seront de véritables réservoirs pour la biodiversité.

La LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) a un rôle d’assistant à maîtrise d’ouvrage, et accompagne la SPL, la Commune et le Maître d’œuvre dans sa démarche environnementale (choix des espèces végétales méditerranéenne et adaptées à notre environnement, mise en place de nichoirs, et autres hôtels à insectes, réflexion générale sur les aménagements et leur impact sur le développement et la préservation de la biodiversité).

La réflexion autour de cet aménagement a intégré la vitesse d’écoulement de l’eau à la sortie de la couverture en amont et au passage sous le pont de l’autoroute en aval. A ces deux points, un renforcement de la berge est effectué pour casser la vitesse et diriger le cours d’eau vers la rive adoucie. De cette manière on favorise un étalement de la rivière en rive gauche et la formation de bancs alluviaux (sables, graviers, sédiments)  en rive droite favorables à la biodiversité. Au Nord, c’est l’occasion de créer un belvédère, véritable observatoire au-dessus de la réserve intégrale de biodiversité, installée sur les deux tiers de la Cagne renaturée.

Visite de chantier – Jeudi 21 avril 2022
Pêche de sauvegarde dans le lit de la Cagne

Jeudi 5 mai, la fédération de pêche a procédé à une pêche de sauvegarde dans le lit de la Cagne, sur le tronçon en cours de renaturation.

Plus 400 poissons et d’anguilles ont pu être pêchés grâce à une technique d’influx électrique qui les attire dans les filets.
La Fédération de pêche en a profité pour référencer, peser, mesurer les espèces prélevées qui ont pu être réintroduites à la hauteur du Parc des Bugadières.

Des filets et de la paille ont été installés afin que les travaux dans le lit du cours d’eau puissent être effectués en préservant la faune locale, souvent endémique de nos rivières méditerranéennes, à fort enjeu patrimonial. Des rochers seront placés dans le lit de la Cagne afin de créer de véritables refuges pour les anguilles et autres espèces piscicoles et batraciennes. Merci à la Fédération de pêche pour son travail de précision qui a duré plus de 5 heures !

Dernière étape : la plantation des rives en cette fin d’année 2022.

13 mai 2022 – Un point sur les travaux

La rivière la Cagne est déviée afin de libérer la rive droite. Les berges côté parking sont en cours de sécurisation par des palplanches qui descendent à 3,5 mètres de profondeur.
Le béton de la rive droite est détruit et sera remplacé par une matrice autonome du radier. Des murs de protection des rives naturelles de la zone renaturée vont être mis en place et le radier pourra être ensuite détruit.

Enfin, fin 2022, l’espace naturel sera reconstitué avec la mise en place de gros rochers dans le lit de la Cagne qui offriront des espaces de repos pour les poissons remontant le cours d’eau, et l’implantation d’une végétation dans ce lit renaturé.

Renaturation de la Cagne - Cliché réalisé mercredi 8 juin 2022